Annie Abrahams et le principe d’incertitude

Annie Abrahams et le principe d’incertitude


[...]

Enfin, serait-il question de sonder et introduire du doute, esquisser la possibilité d'une réappropriation, d'un grand retournement allant à l'encontre du maître de jeu ? 

Il est reproché à la technologie sa capacité de centralisation et son pouvoir panoptique. Annie Abrahams introduit de l'humain dans la machine, sachant que l'humain sera susceptible d'adopter un comportement non rationnel ni proprement machinique. Cette indétermination à prévoir et maîtriser ce qui opère dans le dispositif, je l'identifie comme un principe d'incertitude.