Audiotact, une borne d’écoute, de partage et de téléchargement des musiques libres

Audiotact, une borne d’écoute, de partage et de téléchargement des musiques libres


Forte d'un travail engagé depuis plusieurs années et en coopération avec le Labo² (Carré d’Art Bibliothèque à Nîmes), Oudeis a réalisé et finalisé Audiotact, une borne d'écoute, de téléchargement et partage de musique libre basée sur un système open source et dont l'ensemble du projet sera librement téléchargeable et utilisable.

 

Coproduction entre les deux structures susmentionnées, Audiotact fait suite à une réflexion commune relative aux usages numériques dans des contextes diversifiés. Nous avons été désireux de rendre accessible les diversités de création placées sous licences libres à travers un objet interactif, ergonomique et libre. L'équipe constituée de Julia Delcambre, Gaël Alonzo, Nicolas Claveau, Alexandre Simonet et Gaspard Bébié-Valérian a longuement travaillé à la réalisation de ce projet et permis d'en faire un projet d'une qualité rare. Non sans difficultés, certes, mais avec au final une version bientôt rendue publique et qui a déjà suscité l'intérêt des professionnels.

Effectivement, Audiotact a reçu récemment le prix de l'innovation décerné par l'ENSSIB, durant le biennale du numérique.
Alors, si vous êtes désireux d'en savoir plus sur ce projet, rendez-vous sur cette vidéo présentant en détail le fonctionnement de la borne.

 

Encadrement et coordination du projet : Oudeis (Gaspard et Sandra Bébié-Valérian) et Labo² (Alexandre Simonet)

Développement général basé sur Ampache par : Julia Delcambre

Gestion des périphériques USB et portage sur distribution Linux Ubuntu : Gaël Alonzo

Conception graphique et ergonomie : Nicolas Claveau

 

Accès aux sources et téléchargement du projet

 

Audiotact, au commencement.

A l'occasion de la Fête du Libre en 2009, Oudeis a réalisé un prototype de borne d'écoute et téléchargement audio fort rudimentaire. Pour autant, malgré sa simplicité, il n'en était pas moins fonctionnel et se basait sur des solutions logicielles libres ainsi qu'un catalogue contenant pas moins de 2000 titres. Après échanges avec Alexandre Simonet, chef de projet travaillant à la prospective et médiation des arts et cultures numériques au labo², Carré d'Art Bibliothèque, il a été décidé de pousser le développement de cette borne.

Nouvelles fonctionnalités, ergonomie étudiée, complexification du système ont structuré plusieurs années de recherche, d'échanges, de travail et développement. Néanmoins, il restait essentiel de conserver un projet personnalisable, intuitif et facile d'utilisation.

L'ambition de ce projet tient en l'accessibilité et la familiarisation de la musique libre. Plusieurs sources existent, des portails, netlabels ou mailing-list permettent justement l'écoute et le téléchargement légal de musiques sous licences libres. Le parti pris d'Audiotact n'est pas de cibler un portail même si en l'occurrence deux gros acteurs se détachent avec Jamendo et Dogmazic, mais plutôt proposer une sélection exigeante, de qualité et touchant à la plupart des genres musicaux. Le principe fondamental de ce projet se base sur l'appropriation par chaque structure susceptible d'activer une borne. Effectivement, si le projet émane et cible en premier lieu des médiathéquaires, pour autant, la borne Audiotact a vocation à être portée au sein de salles de concerts, bars, associations diversifiées, établissements scolaires de tous types.

 Et pour cela, le projet doit toujours pouvoir être modulé, adapté. Cela signifie donc que la constitution d'un catalogue reste de la responsabilité de chaque structure utilisant une borne. Ainsi, chacune sera le reflet d'un choix artistique, d'une identité propre à chaque structure et sa politique d'accès (mettre en avant les artistes régionaux, un style de musique identifié comme le rock ou les musiques électroniques). Cela peut également être l'occasion d'impliquer le public et organiser un principe d'échange, de proposition. Par exemple, un groupe local vient de terminer sa maquette, souhaite se faire connaître et partager son travail, il soumet sa maquette via la borne. Autre exemple, le public peut aussi proposer l'ajout d'autres artistes non inclus dans le catalogue initial, un système de coopération relaie alors les différents ajouts opérés sur la borne.

Très concrètement, les usagers de la borne pourront faire des écoutes et parcourir les catalogues constitués, dès lors qu'un usager voudra récupérer un album, il lui suffira de connecter sa clé USB à la borne pour transférer les albums sélectionnés. Nous avons fait le choix de la simplicité, aujourd'hui nombreux sont ceux qui n'écoutent la musique que par l'intermédiaire de leurs baladeurs mp3, ipods, téléphones portables et clés usb faisant office de lecteurs multimédia. Il va donc de soi que ces supports dématérialisés deviennent des standards. La réflexion relative à Audiotact allait dans ce sens.

 

Il est 1 commentaire

Add yours

Les commentaires ne sont pas autorisés.