Bill Viola, fermer les yeux

Bill Viola, fermer les yeux


[...]

La perception sensible est fugace car souvent masquée et filtrée par un ensemble de signes extérieurs et pour retrouver une forme de connections à l’oeuvre d’art, la retenir dans notre souvenir, la relier à notre vécu, nos expériences, il faut fermer les yeux, fermer les oreilles, faire silence autour de soi et observer ce qui nous appartient.

Fermer les yeux… Une telle invitation se réfère aussi à la question du mysticisme dans l’oeuvre de Viola, laquelle de façon assumée émane d’une culture et des référents religieux. Son oeuvre est profondément reliée au divin, celle qui définit l'homme dans le cycle de la vie et de la mort. Il n'est pas question d'évidence, de littéralité dans son travail, il est plus question d'un retour à l'humain dans son corps et sa trajectoire existentielle.

Ce texte est la retranscription de la conférence donnée en octobre 2010, au Vigan