Silence Vert / Catalogue de l’exposition

Silence Vert / Catalogue de l’exposition


Catalogue de l’exposition Silence Vert, titre des Rencontres des arts numériques, électroniques et médiatiques, qui se sont tenues au Vigan en décembre 2012, réunissant nombreux artistes, chercheurs et intervenants.


Silence Vert, le catalogue from Oudeis on Vimeo.

Silence Vert, c’est le titre des Rencontres des arts numériques, électroniques et médiatiques, qui se sont tenues au Vigan en décembre 2012, réunissant nombreux artistes, chercheurs et intervenants. Silence Vert, projet artistique, spéculatif, réflexif, critique, explorait, à partir d’une situation, d’une simulation, d’un scénario s’inspirant des jeux de rôle futuristes et post-apocalyptiques, la capacité de gérer et penser les ressources (énergétiques, environnementales, humaines et sociales) à travers la création. La création non pas comme une illustration ou une représentation, mais la création comme une activation des moyens de réinventer le quotidien face à la nécessité, qu’elle soit joyeuse et volontaire ou désespérée.

Un scénario :

Une petite ville de province, encerclée sur un périmètre de quarante kilomètres de barbelés et miradors. Des milices qui surveillent. Des fusils, des canons. Des satellites et des drones traquent les allées et venues. Un virus s’est répandu sur ce territoire : la fièvre verte. Une bactérie endormie dans les sous-sols schisteux a été réactivée après des excavations pratiquées par des entreprises peu scrupuleuses. Depuis, ce virus extrêmement contagieux a tué une grande partie de la population locale. Parmi les survivants, certains semblent immunisés, d’autres sont atteints de fortes fièvres, sont en vie, mais transformés, parcourant la ville en quête de chair fraîche… Les quelques habitants qui ont échappé au virus tentent alors de s’organiser. Pour survivre, s’alimenter, produire de l’énergie, se soigner, s’autonomiser, trouver un remède au virus, peut-être. Ceux-ci ont construit un laboratoire secret rudimentaire, en sous-sol, une sorte de crypte, étanche à l’air et à la lumière, tel un abri anti-atomique, fait de bric et de broc, de matériaux hétéroclites, sans aucune notion de chimie, de biologie, d’électronique. Ils expérimentent, pensent, inventent, tentant de ménager les conditions de leur survie….

L’art est un dépassement, une nécessité face au désarroi. À travers cette édition, Oudeis souhaitait démontrer que l’on peut passer de « l’idée » de création comme moyen d’émancipation – au demeurant toujours valable – à « l’activation » de cette idée. Ont ainsi été présentées des pratiques artistiques conçues comme contre-pouvoirs constituants (Pascal Nicolas-Le Strat), des œuvres critiques, à la lisière des médias tactiques, du jeu vidéo, de la vidéo ; des œuvres qui mettent en jeu notre propre rapport au monde, nos attentes, nos espoirs.

Imaginez donc, dans une immense serre-laboratoire :       

Une unité de production de spiruline automatisée, reliée à un jeu de simulation/construction sur réseau social, invitant les usagers non seulement à s’engager concrètement dans la maintenance d’une ferme à spiruline virtuelle et du suivi des différentes étapes de la culture, mais encore à contribuer directement à la production réelle de spiruline (La ferme à spiruline – Art-Act).

Une installation interactive à l’articulation du séquenceur, du simulateur et du jeu vidéo, permettant de combiner, déformer, transformer des simulations de micro-organismes aquatiques aux formes hybrides produisant chacun des sons et permettant d’effectuer des créations sonores en temps réel (Seaquence – Ryan Alexander, Gabriel Dunne et Daniel Massey).

Une installation mix-média, média tactique réflexive et critique, détournement de jeu vidéo de chasse ou de guerre, à l’antithèse du jeu vidéo traditionnel qui consisterait à « gagner la partie » en éliminant les êtres vivants qui apparaissent à l’écran (Replicate – Art-Act).

Un jeu de cubes relié à un ordinateur, chaque face étant pourvue de QR codes permettant de faire évoluer un personnage dans différentes architectures intérieures (LevelHead – Julian Oliver)

Une imprimante 3D capable de réaliser des objets en verre à partir du sable du désert et grâce à l’énergie solaire (Solar Sinter – Markus Kayser).

Des microscopes fabriqués à partir de webcams, d’optiques bon marché, reliés à un ordinateur et un écran (Microscopes DIY – Art-Act). Un canon à purin d’ortie, très utile pour fertiliser et nourrir les plantes mais aussi excellent fongicide (Fusil à purin d’ortie – Art-Act).

Une installation composée de grandes feuilles de papier sur lesquelles le spectateur peut dessiner, créant des tracés qui, une fois reliés entre eux, laissent finalement s’échapper des extraits sonores issus de films de science-fiction, de nouvelles et textes scientifiques, tous réunis autour de l’utopie (Paper Circuits – Rumori, Windisch, Zeller).

Une promenade interactive incroyable au sein d’une immense archive du web, d’une archéologie digitale, à la fois histoire du net et bibliothèque destinée aux générations futures, issue de Geocities, service d’hébergement web, que l’auteur rend public après que celui-ci ait été fermé par Yahoo !, privant l’humanité d’une somme de savoirs importante (The Deleted City – Richard Vijgen)

Des oeuvres vidéos comme autant de prises de position artistiques, poétiques, politiques, se manifestant de diverses façons : fixation d’une trompette sur le pot d’échappement d’une moto dont les sons varient au rythme des accelérations (Returning a Sound – Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla) ; combat au corps à corps dans un paysage suburbain générique entre un homme et un tuyau libérant de l’eau sous haute pression (O Encantador de Serpentes – João Tabarra) ; expérience artistique sociale et politique consistant à transformer des armes en circulation illégales en pelles servant à planter des arbres (Palas por pistolas – Pedro Reyes) ; panoramique surréaliste et critique fait de scènes entremêlées traduisant de manière condensée les conséquences de la folie des hommes sur l’environnement (Westcoast – Ulu Braun) ; récit de l’histoire d’une coopérative agricole fondée au Mali en 1976 dans le village de Somankidi Coura, sur les bords du fleuve Sénégal (Coopérative – Raphael Grisey) ; témoignages de six prisonnier libérés d’un camp de détention israélien, à sept ans d’intervalle, évoquant tour à tour de leur résistance et de leur stratégies de survie, de leur relation à la détention, de la destruction du camp (Khiam, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige).

Durant les quelques semaines succédant la manifestation, Oudeis s’est attachée à collecter et regrouper un ensemble de ressources théoriques spécifiques pouvant compléter avec pertinence le travail de documentation de cette manifestation afin de prolonger une réflexion de fond, transversale, complexe, sur les relations entre l’art, l’écologie, les technologies et les organes de pouvoir. Pour un autre usage du monde ?

  • Retranscription d’une Table Ronde autour des pratiques artistiques conçues comme contre-pouvoirs constituants.
  • Entretien avec Markus Kayser.
  • Entretien avec Joao Tabarra.
  • Entretien avec Niek Van de Steeg.
  • Entretien avec Patrice Loubier.
  • Entretien avec Paul Vanouse.

Artistes / chercheurs / intervenants : Annie Abrahams / Art-Act / Ruth Catlow / Jennifer Allora et Guillermo Caldzadilla / Sandra Bébié-Valérian / Gaspard Bébié-Valérian / Ulu Braun / Critical Art Ensemble / Manuel Fadat / Raphael Grisey / Christoph Haag / Joana Hadjithomas et Khalil Joreige / Markus Kayser / Alessandro Ludovico / Pascal Nicolas-Le Strat / Julian Oliver / Pedro Reyes / Martin Rumori / Joao Tabarra / Niek van de Steeg / Patrice Loubier / Seaquence (Ryan Alexander, Gabriel Dunne, Daniel Massey) / Paul Vanouse / Richard Vijgen / Franzisca Windish / Ludwig Zeller.

Vous voulez augmenter votre bibliothèque ? Vous brûlez d’en lire plus sur cet ouvrage ? Vous rêvez de sentir l’odeur du papier et entendre son froissement entre vos mains ? Oui, c’est possible !
Le catalogue est à la vente au prix de 10 euros. Pour tout envoi postal, nous demandons une participation de 3 euros. Par cet achat, contribuez aussi à soutenir nos actions…

ou bien en envoyant un chèque à l’adresse suivante :
Oudeis
1 bis rue de la Carriérasse
30120 Le Vigan

 

+ Leave a Comment