Imaginez… les oeuvres !


Quelques informations complémentaires au sujet du catalogue de l'exposition Silence Vert. Focus sur les oeuvres présentées...

Imaginez donc, dans une immense serre-laboratoire :

Une unité de production de spiruline automatisée, reliée à un jeu de simulation/construction sur réseau social, invitant les usagers non seulement à s’engager concrètement dans la maintenance d’une ferme à spiruline virtuelle et du suivi des différentes étapes de la culture, mais encore à contribuer directement à la production réelle de spiruline (La ferme à spiruline – Art-Act).

Une installation interactive à l’articulation du séquenceur, du simulateur et du jeu vidéo, permettant de combiner, déformer, transformer des simulations de micro-organismes aquatiques aux formes hybrides produisant chacun des sons et permettant d’effectuer des créations sonores en temps réel (Seaquence – Ryan Alexander, Gabriel Dunne et Daniel Massey).

Une installation mix-média, média tactique réflexive et critique, détournement de jeu vidéo de chasse ou de guerre, à l’antithèse du jeu vidéo traditionnel qui consisterait à « gagner la partie » en éliminant les êtres vivants qui apparaissent à l’écran (Replicate – Art-Act)

Un jeu de cubes relié à un ordinateur, une web cam, un vidéo projecteur, chaque face étant pourvue de QR codes, permettant de faire évoluer un personnage dans différentes architectures intérieures (LevelHead – Julian Oliver)

Une imprimante 3D capable de réaliser des objets en verre à partir du sable du désert et grâce à l’énergie solaire (Solar Sinter – Markus Kayser).

Des microscopes fabriqués à partir de webcams, d’optiques bon marché, reliés à un ordinateur et un écran (Microscopes DIY – Art-Act). Un canon à purin d’ortie, très utile pour fertiliser et nourrir les plantes mais aussi excellent fongicide (Fusil à purin d’ortie – Art-Act).

Une installation composée de grandes feuilles de papier sur lesquelles le spectateur peut dessiner, créant des tracés qui, une fois reliés entre eux, laissent finalement s’échapper des extraits sonores issus de films de science-fiction, de nouvelles et textes scientifiques, tous réunis autour de l’utopie (Paper Circuits – Rumori, Windisch, Zeller).

Une promenade interactive incroyable au sein d’une immense archive du web, d’une archéologie digitale, à la fois histoire du net et bibliothèque destinée aux générations futures, issue de Geocities, service d’hébergement web, que l’auteur rend public après que celui-ci ait été fermé par une grande société américaine de services sur internet, privant l’humanité d’une somme de savoirs importante (The Deleted City – Richard Vijgen)

Des oeuvres vidéos comme autant de prises de position artistiques, poétiques, politiques, se manifestant de diverses façons : fixation d’une trompette sur le pot d’échappement d’une moto dont les sons varient au rythme des accélérations (Returning a Sound – Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla) ; combat au corps à corps dans un paysage suburbain générique entre un homme et un tuyau débitant de l’eau sous haute pression (O Encantador de Serpentes – João Tabarra) ; expérience artistique sociale et politique consistant à transformer des armes en circulation illégales en pelles servant à planter des arbres (Palas por pistolas – Pedro Reyes) ; panoramique surréaliste et critique fait de scènes entremêlées traduisant de manière condensée les conséquences de la folie des hommes sur l’environnement (Westcoast - Ulu Braun) ; récit de l’histoire d’une coopérative agricole fondée au Mali en 1976 dans le village de Somankidi Coura, sur les bords du fleuve Sénégal (Coopérative – Raphael Grisey) ; témoignages de six prisonnier libérés d’un camp de détention israélien, à sept ans d’intervalle, évoquant tour à tour leur résistance et leur stratégies de survie, leur relation à la détention, la destruction du camp s'apparentant à la disparition d'une mémoire (Khiam, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige).