Pierre Amoudruz et David Guerra en résidence

Pierre Amoudruz et David Guerra en résidence


Des formes apparurent d'abord, clignotantes, indécises, comme une procession de mini-fantômes ; puis une zone s'éclaira à quelques mètres sur ma gauche. Je ne comprenais absolument pas la direction de l'éclairage ; la lumière semblait venir de l'espace lui-même. "L'ÉCLAIRAGE EST UNE MÉTAPHYSIQUE..." ; la phrase tourna quelques secondes dans ma tête, puis disparut. Je m'approchais des objets.

Michel Houellebecq, "La possibilité d'une île", Fayard, 2005.

Le devenir de l'humanité est étroitement lié aux technologies qu'elle invente. Leurs usages façonnent les sociétés et les individus, leur offrent de nouvelles possibilités aussi bien que de nouvelles contraintes. D'aucuns voient dans l'essor des nouvelles technologies une évolution logique vers le posthumain. Augmenté, connecté, biomécanisé, le posthumain embrasse les mondes numériques et électroniques.

Le posthumanisme est né de la science-fiction, de la culture cyberpunk ou encore des romans d'anticipation, avant de devenir un concept philosophique informé par la révolution numérique. Les transhumanistes œuvrent à l'avènement du posthumain et encouragent les avancées scientifiques et technologiques visant une "amélioration humaine", dont l'élimination des contraintes physiques (vieillissement, maladie, alimentation, reproduction) et la construction d'un monde réel hybridé aux mondes virtuels.

DEMAT-Plane-Mo-DR_01

Pierre Amoudruz et David Guerra inscrivent leur réflexion sur ce futur annoncé dans le registre de la performance. Performance visuelle, sonore mais aussi performance du geste pour interroger ce désir d'un nouveau corps interfacé, voire désincarné. Le projet, présenté provisoirement sous le titre "Dématérialisé", se présente comme un récit, une succession de tableaux révélant le processus de dilution des liens aux autres, aux choses et à un soi appartenant à un monde sensitif. La recherche gestuelle et la mise en scène sont travaillées avec Jeanne Brouaye. Celle-ci intervient pour déjouer les codes de représentations publiques des artistes dont l'instrument est informatique et qui sont souvent séparés des spectateurs par leurs écrans d'ordinateur.

DEMAT-Plane-Mo-DR_05 IMG_0850

Deux temps de résidence sont organisés, du 16 au 23 septembre 2015, avec Pierre Amoudruz et David Guerra, puis du 02 au 12 février 2016 avec toute l'équipe.

Premier entretien vidéo des artistes.

Équipe


Pierre AMOUDRUZ : direction artistique, création visuelle, programmation.


David GUERRA : direction artistique, création sonore, programmation.


Jeanne BROUAYE : chorégraphie et conseil à la mise en scène.


Crédits


Cette résidence chez Oudeis bénéficie du soutien de la Région Languedoc-Roussillon.


Producteur : AADN, avec le soutien du Fonds [SCAN] - Région Rhônes-Alpes et VIDEOPHONIC.


Partenaires : Oudeis, Planétarium Vaulx-en-Velin, Shadok, le Hublot.


Pour aller plus loin


À lire


- Catharsis : comme notion (Aristote en premier).


Richard Shusterman ("art comme expérience", "conscience du corps", et "somaesthétique").


Auto-poïèse (plutôt Guattari / http://www.revue-chimeres.fr/drupal_chimeres/files/termin52.pdf) et à celle d'enaction (plutôt Varela : http://e-philo.univ-paris1.fr/varela.htm)


Pe Lang et Zimoun : http://www.oudeis.fr/entretien-studio-zimoun/


Le cycle de Fondation, de Isaac Asimov


La possibilité d'une île, de Michel Houellebecq


Machine Chair, du Critical Art Ensemble


L'Homme et la Matière : Evolution et techniques, Milieu et techniques, de André Leroi Gourhan


Pharmakon, Ars Industrialis, Cf. Bernard Stiegler


Les Shamans de la préhistoire, de Jean Clottes et David Lewis-William


Petite poucette, de Michel Serres


À voir


In Limbo, Antoine Viviani


Paso Doble, Miquel Barcelo


Dancer in the Dark, de Lars Van Trier


A day made of glass, St Gobain


Google est-il un projet politique ?, France Culture