Verre et nouvelles technologies

Verre et nouvelles technologies


Penser les rapports entre verre et nouvelles technologies dans le champ de la création (arts du verre / arts numériques, médiatiques, électroniques / design) à l’ère dite du « numérique » : une recherche en cours.

Dans le cadre de son laboratoire de recherche autour des arts numériques, électroniques et médiatiques, des nouvelles technologies et des nouveaux médias, Manuel Fadat (spécialiste des arts du verre et des usages du verre dans l’art) s’est récemment engagé pour Oudeis dans une aventure théorique et artistique, à partir d’un questionnement émergeant du creux de l’une des nombreuses discussions qu’affectionnent des membres de son équipe, à propos de deux champs qui la traversent : les nouvelles technologies d’une part ; l’art du verre et les usages du verre dans l’art d’autre part ; leur combinaison, enfin.

Une cascade de questions s’offrait ainsi à nous : Qu’observe-t-on, en effet, lorsque l’on décide de s’intéresser aux croisements entre le verre et les nouvelles technologies dans le champ de la création (arts du verre / arts numériques, médiatiques, électroniques / design), parfois relié au champ des applications industrielles, à l’ère dite du « numérique » que d’aucuns préfèrent nommer le « digital age » ? Quels artistes, œuvres, acteurs, propositions, possibles, problématiques, perspectives, enjeux, fantasmes, croyances, quels apports, quels gains, quelles pertes, quelles limites ? Quelles dimensions poïétiques, esthétiques, philosophiques, politiques, sociales, économiques, écologiques ? Quelles préoccupations, significations, messages ? Qui réfléchit sur le sujet, à partir de quelle question, comment, pourquoi ? Qu’est ce qui se fait, se dit, se pense, franchit-on des frontières ? Qu’est-ce que les nouvelles technologies jouent, ou rejouent, dans le rapport entre l’art et la technique, comment les artistes abordent le problème de la technologie, ce langage, cet outillage ? Qu’est-ce que ces « nouvelles technologies », parfois balbutiantes, impliquent, tout autant en termes de représentation (mentales), que sur le plan des manières de faire, des mises en œuvre, des savoir-faire, du rapport à l’objet, à la matière, aux matériaux, à la main, au temps, du rapport à l’atelier, à la production, aux formes, aux idées, à la représentation, aux « percepts » ?

Après une recherche tous azimuts pour tenter d’embrasser le maximum d’exemples – il n’existe pas d’études spécifiques sur le sujet – toutefois accroché à de solides fils conducteurs, des expériences et connaissances, nous avons pu faire apparaitre un ensemble de problématiques et d’informations, en cours d’articulation et d’agencement, dans une double perspective : production théorique / production d’exposition.

Nous avons croisé dans cette galaxie des personnalités et des œuvres aussi intéressantes que surprenantes, venant tantôt des arts du verre, tantôt des arts multimédia, parfois du design, mais principalement des « métisseurs », qu’ils soient artistes, acteurs, théoriciens, observateurs, enseignants, directeurs de structure, et quel que soit le degré du rapport aux « nouvelles technologies numériques » :

Erica H. Adams, David Arnaud, Art-Act, Elea Baux, Pascal Brocolicchi, Antoine Brodin, Annie Cattrel, Charlotte Charbonnel, Gregory Chatonsky, Vanessa Cutler, Shreya Dave, Charlotte Darvis, Baptiste Debombourg, Erin Dickson, Shelley Doolan, Justin Drummond, Olafur Eliasson, Electronic Shadow, Thierry Fournier, Fred Fisher, Philipe Garenc, Denis Garcia, Bathsheba Grossman, Jerome Harrington, Peter Houk, Shih Chieh Huang, Zack J-W, Luke Jerram, Markus Kayser, Raphael Kim, John Klein, Cécile Le Talec, Thomas Léon, Lyonnais et Saazs, Adrien M et Claire B, Geoffrey Mann, Augustin Scott de Martinville, Richard Meitner, Anna Mlasowsky, Robert Morris, Diego Movila, Michaella Nettel, Célia Pascaud, Dominique Peysson & Hsinli Wang, Helen Pynor, Recycle Group, Hyperopia Projects (Matthew Szosz), Studio Drift, Tim Tate, Ione Thorkelsson, Bettina Tschumi, Bettina Samson, Scenocosme, Michel Stefanini, Madeline Steimle, Barbara Steinman, Michael Stern, Angela Van der Burght, Koen Vanderstukken, Victoria Vesna, Denys Vinzant, Nikolas Weinstein Studios, Richard Whiteley, Kate Williams and John Lloyd, Zimoun.

Certains, enfin, ont contribué à la recherche par des entretiens, tels que :

Erica H. Adams (artiste, enseignante, critique), David Arnaud (artiste=artisan;), Antoine Brodin (artiste), Charlotte Charbonnel (Artiste), Vanessa Cutler (artiste - enseignante), Erin Dickson (artiste), Philippe Garenc (Glas fablab manager), Denis Garcia (Directeur du CERFAV), Peter Houk (directeur du MIT glass lab), Jerome Harrington (artiste – théoricien), Thomas Léon (artiste), Geoffrey Mann (artiste – Designer),Augustin Scott de Martinville (artiste – designer), Richard Meitner (artiste – enseignant – chercheur), Anna Mlasowsky (artiste), Célia Pascaud (artiste), Studio Drift (Artistes – Designers), Bettina Tschumi (Conservatrice au Mudac de Lausanne), Ione Thorkelsson (artiste), Angela Van der Burght (artiste, enseignante, designer – general editor de l’e-magazine Glass is more), Zimoun (artiste).

Qu’ils soient tous ici sincèrement remerciés pour leur contribution.

Aujourd’hui, cette recherche qui se veut « ouverte », « contributive », et qui n’hésite pas à « lancer des grappins » pour ouvrir des pistes, est en cours. Les entretiens sont en cours de publication (publication prévue pour janvier 2014).

Photographie : Charlotte Charbonnel / Serie Astérisme / Verres soufflés, tiges de métal, haut-parleurs, cartes sonores / 2014.

Il est 1 commentaire

Add yours

Les commentaires ne sont pas autorisés.